Le projet institutionnel

Sa capacité d’accueil est de 33 mères et 27 enfants.

Ouvert toute l’année, l’établissement emploie plus de cinquante salariés, 19 métiers, pour une prise en charge permanente en hébergement.

En raison de sa double habilitation, il est financé par les Conseils Généraux et le Ministère de la Justice. Son agrément est national.

Deux modalités d’hébergement sont proposées : en interne par la mise à disposition de studios et en externe par l’usage de logements individuels sur les quartiers est de Nantes.

Un service de formation et une crèche sont intégrés à l’établissement.

L’existence de ce dispositif permet à la relation mère-enfant de se déployer au fil du temps tenant compte des divers aspects de leur situation singulière, tels : la contenance de l’adolescence en souffrance, l’accueil de l’enfant, la valorisation de la fonction paternelle, la continuité du lien familial et l’ouverture au social et à la culture pour que chacun puisse grandir le plus sereinement possible.

Dans le respect du Projet associatif qui détermine la nécessité de valoriser des notions de Protection, de Prévention, d’Education, de Soins, d’Émancipation et de Promotion de la personne et selon l’esprit de la législation en vigueur, il nous faut continuer à penser, réaffirmer, requalifier nos références éducatives, pédagogiques et thérapeutiques.

Un des objectifs de notre travail avec des jeunes femmes et leurs enfants, est d' »utiliser » le Dispositif institutionnel comme un outil médiateur à finalité éducative et soignante. C’est un lieu d’apprentissage de la vie quotidienne, de la négociation, de la citoyenneté, du devenir humain.

Les Règles institutionnelles ont une fonction socialisante permettant aux jeunes femmes de s’individualiser et d’affirmer leur personnalité; devenir « auteur » de soi-même pour transmettre notamment des valeurs de vie en exerçant pleinement ses responsabilités parentales à l’égard de son enfant.

Cette visée thérapeutique nécessite l’articulation entre trois principes organisateurs :

  • personnaliser
  • trianguler
  • responsabiliser

Afin de contribuer au développement de l’autonomie tant psychique que sociale des résidents, il est donc nécessaire d’instituer des rapports d’échanges symboliques, sociaux et affectifs permettant à chacun de se situer par la mise en oeuvre de projets personnalisés.

Ce travail de positionnement, institutionnel et personnel, est questionné dans le cadre de supervisions analytiques et systémiques. La personne accueillie est invitée ainsi à devenir « acteur-sujet » de sa propre éducation; c’est à dire faire l’apprentissage des libertés et de ses limites dans un environnement favorable et empathique, qui se structure sur un mode dynamique, et se nourrit d’inter-actions partenariales.